Fabricants

PayPal

Pourquoi utiliser des couches lavables ?

L’aspect santé

La couche jetable est composée de cellulose et de gel absorbant (qui donne l’aspect fesses au sec mais assèche aussi la peau), emballés dans du plastique.  
Elle ne laisse pas respirer la peau et est un lieu favorable à la multiplication des bactéries qui provoquent ou aggravent l’érythème fessier. La température y est trop élevée et selon certains médecins, cette élévation de température nuirait à la fertilité des petits garçons.

Dans les couches jetables, on retrouve notamment de la dioxine, substance classée cancérigène par l’OMS, du TBT (utilisé autrefois comme pesticide, cette molécule, à faibles doses, perturbe le système hormonal et immunitaire), des parfums de synthèse, des conservateurs et du polyacrylate (retiré des tampons hygiéniques).

Toutes ces substances sont en contact permanent avec la peau de bébé  durant 2 ans et demi et même si aucune étude n’a encore prouvé à l’heure actuelle que ces substances, dans les concentrations rencontrées, sont nocives pour la santé des enfants, on peut s’interroger sur leur impact à long terme sur l’environnement et surtout sur la santé de nos bébés. 

A l’inverse, les matériaux utilisés dans la fabrication des couches lavables sont dépourvus de capteurs d’odeurs, de parfums, de TBT ou autres produits toxiques. Le chanvre et le bambou sont naturellement antibactériens et antifongiques, la majorité des tissus utilisés pour la confection des couches jetables sont certifiés öko-tex et laissent respirer la peau. Les érythèmes fessiers sont beaucoup moins fréquents. 
 

L’aspect économique

Selon les marques utilisées, un ménage dépense entre 800 et 2000 euros par enfant en couches jetables.

En tenant compte de l’utilisation d’eau, d’électricité et de produit de lessive, les couches lavables peuvent, selon les marques et les modèles, revenir jusqu’à quatre fois moins cher.

De plus, les couches lavables pourront être utilisées pour les enfants suivants et leur valeur reste élevée si on les revend d’occasion. 

L’investissement de départ peut paraitre élevé mais on y gagne à long terme et cet investissement peut être réparti sur plusieurs mois et elles peuvent faire l’objet de cadeaux plus utiles que le énième doudou…
 

L’aspect écologique

Beaucoup s’interrogent sur l’impact positif de l’utilisation des couches lavables sur l’environnement à cause de l’importante consommation d’eau, de produit de lessive et d’électricité générée par les lavages ainsi que par la grande quantité d’eau nécessaire à la culture du chanvre, du bambou et surtout du coton. 

Cependant des études démontrent que si les couches lavables sont lavées suivant des directives simples, elle sont 40% meilleures pour l’environnement que les jetables.

En effet, un seul enfant utilisera de la naissance à la propreté 4500 couches jetables, ce qui correspond à 1 tonne de déchets, 4,5 arbres, 25 kg de plastique obtenu grâce à 67 kg de pétrole brut, 4500 couches jetées aux ordures ménagères, non valorisables, qui mettront jusqu’à 500 ans pour se décomposer ou génèreront des dioxines lors de leur incinération. 

Les couches lavables, quant à elles, nécessitent 90 fois moins de matières renouvelables et 8,3 fois moins de matières non renouvelables. Elles génèrent 60 fois moins de déchets. Pour ce qui est de l’eau, les lavables en consomment 2,3 fois moins que les jetables, car il faut une très grande quantité d’eau pour produire la cellulose utilisée dans les couches jetables (environ 1l par couche). 
 

Les couches lavables, c’est quoi, comment ça marche?

Les couches lavables se composent d’une partie absorbante qui récupère les urines et les selles et d’une partie imperméable qui empêche de mouiller ou de salir les vêtements.

Elle sont préformées comme les couches jetables, s’adaptent aux cuisses et à la taille grâce à des élastiques et se ferment à l’aide de velcros ou de pressions.

Il existe deux principaux types de couches lavables, les couches « classiques » et les intégrales (ou tout-en-un). 

Les couches classiques

se composent de deux parties : une couche absorbante en coton, chanvre ou bambou au dessus de laquelle on place une culotte imperméable en PUL (polyuréthane laminé), laine ou polaire. C’est en général le modèle le plus fiable, surtout quand bébé est allaité.  

Les intégrales, TE1 TE2 ou hybrides

s’utilisent comme des jetables, la culotte imperméable est intégrée à la couche. Dans certains modèles, les inserts absorbants se fixent avec des pressions ou se glissent dans une poche et peuvent être enlevés afin de diminuer le temps de séchage.

Ces couches sont plus fines et plus faciles à utiliser, elles peuvent être un bon compromis pour les enfants qui vont chez une gardienne ou en crèche. 
 

On les lave comment ?

Les couches souillées peuvent être stockées avec votre linge ou dans un seau à couches. Selon les préférences de chacun, on pourra soit les stocker à sec soit les faire tremper. Pour éviter les odeurs désagréables, il suffit d’ajouter quelques gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé ou de lavande vraie (propriétés désinfectantes, désodorisantes et antifongiques) à l’eau de trempage ou en mettre quelques gouttes sur un gant de toilette qu’on joindra aux couches.

Pour éviter que les selles ne souillent la couche, on peut ajouter à  l’intérieur de celle-ci un papier spécialement conçu à cet effet, 100% biodégradable qui peut être jeté dans les toilettes ou dans le compost ou lavé et réutilisé en l’absence de selles. Certaines couches possèdent aussi un intérieur en micro-polaire ou microfibre qui ne retient pas l’humidité et auquel les selles n’adhèrent pas. Il suffira de secouer la couche au-dessus des toilettes pour se débarrasser des selles.

Les couches se lavent à 40°  ou 60°, seules ou avec votre linge. Vous pouvez utiliser votre lessive habituelle mais dans un esprit de préservation de l’environnement, mieux vaut utiliser une lessive écologique. Veillez toutefois à n’utiliser ni lessive à base de savon de Marseille ni adoucissant car ceux-ci diminuent la capacité d’absorption des couches. Il est préférable de réduire la dose de lessive recommandée de moitié. Cela évite d’encrasser les couches et c’est amplement suffisant pour les laver.

L’eau de javel et les blanchissants chimiques sont également à proscrire. En cas de taches, vous pouvez utiliser des produits détachants, de préférence naturels et écologiques, mais n’en abusez pas. En été, étendez vos couches au soleil: les taches disparaîtront! 

Il n’est pas nécessaire de laver les culottes de protection en PUL à chaque change. Vous pouvez les laisser sécher (éventuellement après les avoir rincées) entre deux changes.  

Vous pouvez éventuellement utiliser votre sèche-linge pour faire sécher les couches classiques et les inserts mais cela n’est pas recommandé car à la longue, la capacité d’absorption des couches diminue et ce n’est pas très écologique. La plupart des culottes de protection et les couches intégrales tout-en-un doivent sécher à l’air libre. 

Si vous remarquez que vos couches absorbent moins ou que des odeurs désagréables persistent, vous pouvez effectuer un décrassage. Laissez tremper vos couches propres pendant une nuit dans de l’eau, ensuite, passez les couches à 60°, sans ajouter de lessive.

Exceptionnellement, vous pouvez faire tremper vos couches propres avec une poignée de cristaux de soude, un verre de vinaigre et un peu de liquide vaisselle avant de les passer à 60°C , sans ajouter de lessive. Cette opération permet de débarrasser les couches des résidus de produit qui obstruent les fibres ainsi que du calcaire mais ne doit être réalisée que de manière très exceptionnelle car les cristaux de soude et le vinaigre sont agressifs pour les couches. 
 

Populaires les couches lavables ?

En Belgique

· En Flandre, près d’une commune sur 3 accorde des aides financières aux ménages qui utilisent des couches lavables.

· En Wallonie, de plus en plus de communes octroient des primes à l'achat de couches lavables, n'hésitez pas à vous renseigner auprès de votre administration communale.

A l’étranger

· En Allemagne, le gouvernement accorde des aides financières aux familles qui utilisent les couches lavables. Il y existe des services de nettoyage des couches, auxquels 7% des ménages allemands font appel.

· 8% des bébés anglais portent des couches lavables.

· En Autriche, un projet a été mené par la CEE dans la ville de Vienne, afin de créer des emplois pour des chômeurs de longue durée. Résultat: les lavables sont utilisées dans toutes les crèches de la ville de Vienne, et des emplois ont été créés.

· Aux Etats-Unis, les premiers services de location de couches lavables ont vu le jour il y a déjà 30 ans, et 10% des ménages font appel à un service de nettoyage.

Sources: ACTE Santé 
 

Comment choisir parmi les différents systèmes de couches ?

C’est à l’usage, en faisant des essais que chacun trouvera le système et la couche qui lui convient le mieux mais voici déjà quelques explications pour mieux s’y retrouver. 
 

Les différents systèmes

Le système couche avec culotte de protection

C’est le système le moins cher et le plus fiable au niveau de l’absorption mais il nécessite une manipulation supplémentaire au moment du change.  Les couches peuvent passer au sèche-linge.
 

La culotte de protection

Elle est indispensable. Elle est en général en PUL (polyuréthane laminé) ou en laine. Il n’est pas nécessaire de laver la culotte de protection à chaque change, on peut la rincer puis la laisser sécher jusqu’au change suivant. 3 ou 4 culottes suffisent donc.  
 

Les couches tout-en-un (TE1 ou AIO pour All in one)

Ce système est celui qui se rapproche le plus des couches jetables, il ne nécessite qu’une manipulation lors du change. Elles peuvent s’avérer moins fiables que les couches classiques car certains modèles pourraient ne pas correspondre à la morphologie de votre bébé. C’est pourquoi il est préférable de tester ces couches avant d’en acheter un grand nombre. Ces couches sont en général limitées à un usage de jour.

Dans le modèle intégral, la partie absorbante est indissociable de la culotte de protection. Le séchage est en général plus long.

Le modèle à poche comprend un ou plusieurs inserts amovibles. Il permet de moduler l’absorption en ajoutant par exemple des inserts supplémentaires pour la sieste. Le séchage est également plus rapide. 

 

Les couches tout-en-deux (TE2)

Ce système est à mi-chemin entre le système classique couche + culotte de protection et le système tout en un. Les couches TE2 se composent d'une culotte de protectio imperméable et d'un ou plusieurs inserts absorbant.

On glisse simplement l'insert dans la culotte ou on le pressionne et la couches est prête. Quand l'insert est souillé, on le remplace par un autre. On peut donc utiliser plusieurs fois la même culotte et ainsi faire des économies tout en ayant l'avantage d'un système plus fin que le système classique.


 

Les tailles

Les couches taille unique

Elles peuvent être utilisées de la naissance à la propreté. On les règle en repliant le haut de la couche pour que celle-ci s’adapte à la morphologie de bébé. Elles sont économiques puisqu’on les utilise de la naissance à la propreté mais elles seront peut-être un peu trop volumineuses pour un nouveau-né et elles s’useront plus vite.

Les couches multi-tailles

Ces couches sont proposées en plusieurs tailles afin de mieux s’adapter à la morphologie de bébé.
 

Les matières

Le coton 

il est anallergique, simple à entretenir, résistant, bien absorbant et il sèche assez vite. 

Le chanvre 

il est antibactérien, très résistant, bien absorbant et il est cultivé sans apport de produits chimiques. Il est cependant un peu long à sécher, et il peut s’avérer un peu cartonneux au toucher. 

Le bambou 

il est antibactérien, très absorbant, très doux et souple. Sa culture est rapide et ne demande aucun apport de produits chimiques. Il est cependant un peu long à sécher et il peut devenir rugueux au toucher. 

La microfibre

(synthétique) est très absorbante et sèche très rapidement. La plupart des microfibres ne s'utilisent pas en contact direct avec la peau car certains bébés y sont allergiques.

Le PUL

(polyuréthane laminé) : est une matière synthétique imperméable mais respirante. Elle est utilisée pour les culottes de protection.

La laine 

est une matière naturelle imperméable, thermorégulatrice et très respirante. Elle est également utilisée pour les culottes de protection. Son entretien est un peu plus contraignant car elle doit être lavée à la main et réimperméabilisée régulièrement. 

Souvent, les couches et TE1 sont proposées avec un intérieur en suédine ou micro polaire (matières synthétiques). Ces tissus laissent passer les liquides mais ne les retiennent pas et procurent au bébé un effet "fesses au sec". Attention, certains bébés à la peau fragile peuvent faire des réactions cutanées.

Vous souhaitez encore plus de détails, d’explications ? N’hésitez pas à venir nous rendre visite ou à nous contacter.


Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Taxes 0,00 €
Total 0,00 €

Les prix sont TTC

Panier Commander

Promotions

Toutes les promos